Santé Journal : Accompagnement par l’ecrit

                    Accompagnement Par l’Ecrit (A.P.E.) des épreuves de la vie ou de la fin de vie, de la maladie ou de la vieillesse, et finalement, de la Vie ! Accompagnement individuel ou bien en atelier d’écritures.
A travers des productions telles que le faire-part, le courrier personnel, le témoignage, le discours, le recueil, la relecture de vie, la biographie, les directives anticipées ou tout autre document choisi par l’écrivant.Personnes concernées : Tous publics, mais aussi… les personnes en souffrance psychologique et/ou physique ; les personnes malades (d’un cancer ou d’une autre maladie) ; les personnes “en reconstruction” après une maladie ou un deuil ; les proches aidants d’une personne malade ou en fin de vie.
 
Ecrire pour l’autre, c’est tout un art, un alliage subtile et complexe de sensibilité, d’écoute empathique, de psychologie. Il ne s’agit pas moins de transfigurer quelques mots – parfois hésitants, souvent décousus – en un texte clair et plein de sens, ou un riche récit, toujours fidèle à l’écrivant.
J’écris pour des personnes qui n’en ont plus le goût, la force ou la capacité motrice. Une lettre rédigée avec Amour à un proche pour (re)créer du lien ; un faire-part où les mots choisis révèlent l’émotion qui s’y trouve lovée ; une biographie aux mille couleurs de la Vie, pour ceux dont le chemin reste à parcourir… Durant quelques minutes, parfois des mois durant, reliés par le cœur, nous écrivons ensemble, fusionnons le temps d’un partage de mots et de maux, de rires aussi !
La production achevée, je sais alors si j’ai « bien » écrit. La personne accompagnée pour laquelle ma plume s’est envolée, se saisit alors de sa lettre ou de sa biographie, et me dit : « Je ne sais pas comment j’ai fait tout ça ! Je ne m’en croyais pas capable… » Lorsqu’un proche ou un soignant l’interroge, la personne resplendit de fierté souriante. C’est alors – et alors seulement – que je sais que j’ai « bien » écrit : lorsque je constate que la personne s’est approprié sa production, et que je disparais, la laissant à son estime retrouvée. Je m’éclipse, discrète, aussi légère qu’une plume, vers d’autres mains qui ne peuvent plus écrire, vers d’autres âmes qui ont tant à partager…
Là réside la magie de l’écrivain public : écrire pour l’autre, avec l’autre, au point que cet autre ait le sentiment d’avoir écrit lui-même. C’est toujours beau, unique, bouleversant… Un travail de l’ombre empli de Lumière !
N’hésitez pas à venir à ma rencontre, selon votre intuition, sachant que je puis m’adapter à votre besoin, votre envie.
Vous pouvez également me retrouver sur le site de La Poste “Plumes & Mail” : http://plumesetmail.fr/profil/laetitia-fisseux
Questions à… Laëtitia Fisseux
« L’accompagnement par l’écrit : un soin du cœur et de l’âme, auprès du corps souffrant… »
Rencontre avec une écrivaine-biographe qui intervient auprès de personnes éprouvées par la maladie, la vieillesse ou la fin de vie.
Quelle est la nature de votre travail ?
L.FISSEUX : Soutenue par le Conseil Général de l’Ardèche, j’interviens depuis bientôt 2 ans, au sein de différents établissements médicalisés, accueillant des personnes malades, en fin de vie, ou bien âgées dépendantes. Je propose à ces publics empêchés un accompagnement par l’écrit. C’est l’occasion de se rapprocher de ceux qui nous sont chers, d’écrire une lettre à un proche, de rédiger sa biographie pour nos descendants, de participer à un atelier d’écritures en groupe ou bien encore de réaliser un journal ou un recueil entre résidents.
Qu’apporte précisément l’accompagnement par l’écrit ?
L.FISSEUX : La possibilité de se relier aux autres, mais aussi à soi-même, de « dire » merci, pardon, je t’aime… Il est bon de délester son coeur de souvenirs douloureux, de pouvoir exprimer une douleur, une colère, un regret ou une culpabilité, faire place aux émotions, s’autoriser à n’être plus que soi… Ecrire, c’est aussi réanimer un lien social distendu ou rompu, renouer avec son entourage et l’extérieur, lutter contre l’isolement affectif. Ecrire, c’est encore soulager la peine et la peur à l’approche de la mort, permettre un rapprochement avant l’ultime séparation et finalement, un lâcher-prise. Un cheminement difficile que la magie de l’écriture autorise. Au-delà de ces divers aspects, la personne qui se raconte se sent valorisée à travers ses réussites et bonheurs passés. Ecrire, c’est une création toujours unique, un projet de vie individualisé toujours possible ! Force est de constater les bénéfices offerts par l’écrit en tant que soin du cœur et de l’âme.
Quel est votre parcours ?
L.FISSEUX : Membre agréée de l’Académie des Ecrivains Publics de France, formée à l’accompagnement en fin de vie, à la communication non violente et à la guidance des publics en difficulté, je suis passée par l’Ecole de la Vie – sévère – qui m’a naturellement dirigée vers les personnes en souffrance psychologique, comme les aidants familiaux de malades Alzheimer par exemple, que j’accompagne aussi. Je participerai d’ailleurs aux deux prochaines conférences organisées par la MGEN, FA et le Conseil Général de la Drôme, le 7 octobre à Montélimar et le 9 décembre à Valence.
Comment les malades, les personnes âgées vivent-ils vos interventions ?
L.FISSEUX : C’est une complicité merveilleuse qui s’installe entre les gens et moi, à chaque fois. L’époux de Marie, une jeune femme en fin de vie, en a témoigné notamment. Il a souhaité écrire leur histoire d’amour pour la lui relire. Un dernier projet qu’il a ainsi pu bâtir et partager avec elle. Une production écrite qu’il a décidé de conserver par la suite pour leurs deux filles. Je le cite : « Le travail que nous avons fait ensemble m’a permis de soulager la difficulté d’accompagner ma femme. Cela m’a donné un moyen de communiquer avec elle. A ce jour, elle n’est plus là, mais j’ai avec moi ce support qui me relie à elle. De plus, l’échange que nous avons eu vous et moi m’a aidé et me pousse à aller de l’avant. Ce qui n’est pas évident. » Une autre personne, plus âgée, m’a dit encore : « Le travail de biographie m’a fait marcher la mémoire, les souvenirs, sinon, on n’en parle pas… » Les personnes qui osent l’écrit se font réellement du bien.
Quels sont vos projets dans un futur proche ?
L.FISSEUX : Je proposerai un atelier de biographie-groupe de paroles à l’Espace Ressources à Aubenas, dès octobre. Une journée P.O. y sera organisée le 26 septembre. En 2010, je devrais animer un atelier d’écritures sur le site “Guérir” de David Servan-Schreiber, au profit de ses membres concernés par le cancer et la volonté commune de se faire du bien au cœur de la tourmente. Un principe vital pour tendre vers une guérison que l’on espère toujours possible.
Annie Mura
Expérience et formation :
• Missionnée par le Conseil Général de l’Ardèche auprès des publics empêchés (personnes malades, en fin de vie ou âgées), en établissements médicalisés (centres hospitaliers et services palliatifs, maisons de retraite, cantous et centres d’accueil de jour pour personnes malades Alzheimer)
• Activité indépendante : accompagnement par l’écrit individuel (biographie, correspondance,…) et atelier d’écritures (proposé notamment aux aidants familiaux), médiation familiale,
• Formée à l’accompagnement en fin de vie (JALMALV + intra-hospitalière)
• Formée en Communication Non Violente pour acteurs de la santé
• Formée à la guidance des publics jeunes et adultes, en difficulté de langue et socio-professionnelle
• Licenciée en formation des adultes
                                                                                                                                                                         Dans l’attente du plaisir de croiser votre chemin, au fil des mots…

Laëtitia FISSEUX

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *